Loading...
Communication digitale sur les médias sociaux
Freelance : ma journée type de travail

Freelance : ma journée type de travail

3

Pour poursuivre dans le sens de l’article « 7 leçons apprises en 2 ans de freelancing » et du lancement de Lundi sur Instagram afin de partager avec vous les coulisses de la vie de freelance, je vous propose aujourd’hui un aperçu d’une de mes journées types de travail. Qui sait ? Ça donnera peut-être des envies à certains d’entre vous.

9h :

J’ai pour habitude de me réveiller à 9h pour être joignable aux horaires de bureau. C’est assez tard mais c’est ce qui me permet d’être en pleine forme pour la journée – sans coup de pompe – et donc plus productive. Premier réflexe au réveil : j’allume mon ordinateur qui démarre le temps que je me fasse couler un GRAND café.

9h15 :

Tout en buvant doucement cet immense café, je relève mes mails, consulte mes statistiques et me connecte aux différents réseaux sociaux pour prendre connaissance des dernières notifications. J’en profite pour lire quelques articles croisés sur la toile et utiles à ma veille professionnelle.

9h45 :

Je prends alors un temps pour mettre à jour ma to do list et assigner une dead line à chaque nouvelle tâche. Je la laisse ouverte dans un onglet toute la journée pour être certaine de bien la suivre.

9h50 :

Pour ceux qui ont bien suivi, je suis encore en pyjama ! Ce n’est pas l’idéal pour travailler. Je prends donc le temps de me préparer une fois que ma journée est bien organisée.

10h20 :

J’utilise le reste de la matinée pour travailler pour moi. Je me charge en premier lieu d’éventuelles tâches administratives pour ensuite travailler ma propre communication : rédaction d’articles et programmation de publications sur les réseaux sociaux notamment.

12h30 :

Étant seule, j’ai pris la mauvaise habitude de manger rapidement devant mon ordinateur. Je continue alors à lire quelques articles professionnels.

13h :

J’avance sur les projets en cours ou vais à d’éventuels rendez-vous. Selon l’ampleur du travail que j’ai à faire, j’essaie de m’arrêter entre 18h et 21h. Je ponctue mon après-midi par quelques pauses sur les réseaux sociaux professionnels pour veiller et/ou animer.

20h :

Le plus difficile lorsque l’on est freelance est de se déconnecter. Je n’y arrive pas toujours. Pour ce faire, je m’impose des loisirs (c’est assez bizarre comme concept, je vous l’accorde) : cours de théâtre, de rock, cinéma et simples sorties avec des amis vont me permettre de tenir le rythme sur du long terme !

Freelances, j’aimerais beaucoup connaître vos retours. Vous reconnaissez-vous dans cette journée ou fonctionnez-vous complètement différemment ?

Pour continuer à suivre les coulisses de la vie de freelance, je vous donne rendez-vous sur mon tout nouveau compte Instagram.

Comments3

  • Bonjour Léa, ma vie est très différente car je suis veuf et je m’occupe de mes 4 enfants. Je travaille à la maison, je vais en rendez-vous pour rencontrer des entreprises qui ont commandé un site internet à l’agence qui m’emploie comme rédacteur web, et j’écris aussi des articles pour un hebdomadaire économique. Mais la plupart du temps je suis chez moi. Ma journée de travail commence à 9h00 après avoir accompagné mes enfants à l’école. Nous sommes à la campagne donc j’ai peu de temps gaspillé dans les transports.
    Je travaille de 9h à 12h et de 14h00 à 16h30 de manière continue, et je dois parfois trouver des solutions pour grignoter des heures sur le temps de présence de mes enfants à la maison. Ils sont plutôt conciliants. ils peuvent jouer facilement dehors, nous avons un grand terrain, c’est pratique.
    J’ai appris à travailler pour vivre et non à vivre pour travailler. Je suis d’accord qu’il est difficile de mettre des limites horaires, c’est pourtant nécessaire. Et je comprends ce que tu écris quand tu dis t’obliger à avoir des loisirs. Je lis beaucoup et je regarde de bons films à la maison. Il faut se ménager des respirations.
    A bientôt,
    Jean-Philippe

    • lundicom dit :

      Bonjour Jean-Philippe,
      Merci pour ton retour.
      J’imagine qu’avoir des enfants demande une organisation toute autre ! La séparation vie professionnelle / vie personnelle prend tout son sens dans ton cas.
      Tu dois également bénéficier de la flexibilité qu’offre ce statut pour être présent auprès de tes 4 enfants à des moments où tu ne pourrais pas l’être avec le salariat.
      Bonne continuation.
      Léa

      • Oui tout à fait Léa, je profite bien de mes enfants. Ils sont encore jeunes, Nathanaël a 9 ans, c’est le petit dernier 😉
        J’ai un client principal qui me procure un chiffre d’affaires correct, je n’ai donc pas besoin de courir après des missions, même si je reste en éveil. J’espère que pour toi aussi les affaires vont bien.
        J’ai une chatte qui s’appelle Plume, elle a un an et demie, c’est un petit bout de bonheur au quotidien!

        Plein de bonnes choses pour ton avenir.

Leave a Reply

Laisser un commentaire